Travel > Allemagne 2003 > Current page

Arrivée dans la belle Munich

Portes à Munich
J’ai trouvé ce bel édifice proche de la Marienplatz. J’aime bien le concept des «portes» qui traversent le bâtiment.

München, 23 septembre 2003Je suis arrivé à l’aéroport international de Munich vers 10h30, heure locale, la différence d’heure étant de six heures d’avance en rapport à l’Amérique du Nord. Il était donc 4h30 à Montréal. En sortant de l’avion, j’ai pris le train de banlieue (S-Bahn) pour aller m’installer à l’auberge de jeunesse, située assez près du centre-ville.

Munich m’a un peu dérouté, mais une fois que j’ai compris la signalisation locale et les spécificités munichoises, en partie grâce à une brève visite au bureau touristique à la gare centrale (Hauptbahnof), tout allait mieux et je me suis réjoui d’être arrivé sain et sauf.

Une fois installé à l’auberge, j’ai été marcher dans la ville et après avoir pris quelques photos, je me suis arrêté pour souper à un restaurant de l’Augustiner Bräuhaus, près de la Marienplatz dans le centre de la ville. L’Augustiner Bräuhaus est une très vieille brasserie de Munich. En fait, c’est une des six grandes brasseries de l’endroit; les six se sont taillées une grande place sur le marché bavarois en plus de produire la bière de l’Oktoberfest.

J’ai été surpris par le service car il est très rapide et efficace malgré le nombre de clients sur place, et par le fait que les serveuses ne sourient pas de façon spontanée. D’une certaine façon, j’ai été impressionné parce que même si les gens qui nous servent ne sont pas souriants comme ils doivent l’être en Amérique du Nord – ordre du patron nord-américain oblige ! – ils sont très humains et très sympathiques, à leur façon. Néanmoins, j’ai été déçu parce qu’en Allemagne, il n’y a aucune section non-fumeur dans les brasseries et restos…

Neues Rathaus
Ma vue favorite sur le nouvel hôtel de ville, avec la pancarte de la Marienplatz.

À l’Augustiner Bräuhaus, j’ai eu l’occasion d’essayer le Leberkäs (une forme de pain de viande) avec une salade de patates, deux excellents mets locaux. C’était salé, un peu gras et plein de calories. J’ai l’habitude de faire preuve de prudence avec mon alimentation, mais je me suis «lâché lousse» pour savourer la cuisine locale et l’excellente bière pendant ce voyage. Ce soir-là, j’ai fait l’erreur de commander une Premium Pils au lieu de la bière blonde qui est la spécialité de la brasserie, mais j’ai tout de même eu droit à une bonne Pilsner bien sèche, typique des bonnes brasseries européennes.

Après m’être rempli la panse, je me suis de nouveau promené dans la ville en prenant quantité de photos, en passant une bonne partie du temps dans le coeur de Munich, à la Marienplatz.

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas la Marienplatz, c’est LE carrefour piétonnier par excellence de Munich, une place qui tourne autour de la colonne de Marie. On y trouve beaucoup de boutiques, le nouvel hôtel de ville (Neues Rathaus) de style néogothique, des restaurants intérieurs et extérieurs, brasseries, musiciens, boutiques de souvenirs et beaucoup de piétons. C’est un coin super charmant – j’ai la chair de poule quand j’en parle – et très romantique quand les conditions météorologiques sont moindrement favorables.

Marienplatz
La Marienplatz représente, à mon avis et pour bien des gens, l’ultime endroit piétonnier à visiter pour profiter de l’atmosphère attachante d’une ville vivante mais agréable.
Rue de Munich
Une rue typique du centre de Munich. Avez-vous remarqué la lumière suspendue entre les édifices ?

Quand la noirceur est descendue sur la ville, je suis allé prendre une bonne bière au Löwenbräukeller. J’ai eu l’occasion de goûter à une Löwenbräu originale, brassée sur place et sortant directement du fût, et à une Franziskaner Hefeweizen. Je connaissais déjà la Löwenbräu originale, une blonde qui ne manque pas de caractère, mais je découvrais la Franziskaner, une bière de blé qui sent la banane et qui a un goût léger.

À la fin de la soirée, en rentrant à l’auberge à pied et en métro, je suis passé à travers un instant d’euphorie suivi de tristesse. J’ai réalisé qu’ENFIN, je faisais un vrai voyage outre-mer dans un pays que je voulais visiter, mais en même temps, certains proches me manquaient et je me sentais loin d’eux.

En rentrant, je ne voulais faire qu’une chose: dormir profondément pour être frais et dispos pour prendre la route le lendemain ! Comme je n’avais pas réservé ma chambre d’auberge assez tôt pour passer plusieurs jours consécutifs à Munich avant le 28 septembre, je devais devancer ma tournée de la Bavière pour ensuite revenir à Munich et profiter de mon «vrai» séjour munichois. Ce n’était que partie remise !

La suite: le Chiemsee et Berchtesgaden