Tourisme intense à Prague

Praha, 26 et 27 septembre 2005 – Je me suis lancé dans une journée de fou, à marcher partout à travers la ville. C’est probablement parce que le dimanche est trop tranquille en Europe. Je me rattrape le lundi.

Je me suis levé à 8h30 du matin, réveillant tout le monde avec la sonnerie de mon téléphone cellulaire. Voyez-vous, je suis sur le lit du dessus dans une installation de lits superposés, et pendant mon sommeil, mon téléphone est tombé par terre. Pour faire exprès, je me réveille, une visite au petit coin et il se met à sonner, réveillant le pauvre gars sur le lit sous moi. Et il ne l’a littéralement pas vu venir car il est sourd. Il a crié comme un malade en entendant la sonnerie :-)

J’ai pu parler à un Français sympathique (oui, ça existe) pendant le déjeuner, avant de partir pour explorer la ville. Je suis allé au Klementinum pour aller voir la tour astronomique et la bibliothèque médiévale, mais la tour n’était pas ouverte avant 14h. Alors je suis allé pour voir le musée du communisme, et étrangement, le musée est ultracapitaliste. La visite coûtait trop cher à mon goût et la réception était nulle en ce qui concerne la politesse. J’ai plutôt opté pour le musée Mucha, un vrai plaisir à visiter.

Alfons Mucha à été un artiste de grande renommée pour les Tchèques, un grand défenseur de la cause nationale. Il a connu du succès en peignant les affiches de l’actrice parisienne Sarah Bernhardt, et ensuite, il s’est mis au service de son peuple. Et le gars est mort quand le régime nazi a pris le contrôle de la Tchécoslovaquie. Assez touchant comme exposition !

Vers 15h, j’ai fait la visite guidée du Klementinum, un ancien collège. J’ai vu la tour astronomique, assez impressionnante et avec une belle vue sur le centre de la vieille ville. J’y ai aussi vu une superbe, mais vraiment superbe bibliothèque médiévale très bien conservée.

Klementinum
Le Klementinum
Klementinum
Une vue sur Prague du Klementinum.

C’est après cela que j’ai assez marché pour avoir mal partout. C’est le fun, marcher sur les rues en vieilles pierres, mais c’est dur sur le système. J’ai fait le tour du quartier Mala Strana et des environs du château de Prague.

J’ai vu de superbes jardins en terrasses au palais Palffy, avec de très belles arches qui ajoutaient au charme des lieux.

Palffy
Les jardins en terrasses Palffy.
Palffy
Une rose avec Prague en arrière-plan, aux jardins Palffy.

Juste à côté, le palais Valdstejn, à l’entrée gratuite, offrait des jardins parfois symétriques, et où l’intervention humaine était très visible, qui m’ont vraiment plu. Je me suis déchaîné avec mon appareil photo. Je n’aurais cru voir autant de beaux jardins en si peu d’espace.

Valdstejn Kazahrada
Les jardins du palais Valdstejn.
Valdstejn
Une autre vue
Valdstejn
Encore une vue…
Nerudova
Après le château, une partie un peu éloignée mais très charmante de la vieille ville commence par la rue Nerudova.

Après avoir montée la colline autour du château, je suis redescendu par une petite rue désertée par les touristes mais très charmante, la rue Vlasska.

C’est drôle que personne n’y aille… de belles vieilles pierres, de beaux murets anciens, des pommiers, des poiriers, et seulement des habitants, à quelques minutes de marche des quartiers touristiques. Trippant.

J’ai bien voulu, en fin d’après-midi, ponctuer la journée par une visite sur le belvédère de la colline de Petrin (prononcer Pétrine) mais une fois sorti du funiculaire qui menait en haut, la tour qui réplique la tour Eiffel était fermée et je ne voyais que des arbres.

Les pieds en compote après une journée de marche, je suis allé à une pizzeria au pied du pont Charles. C’est à l’intérieur, avec un décor charmant et des fenêtres qui donnent une belle vue sur le pont.

Pour même pas 10 dollars canadiens, je me suis tapé une bonne pizza et évidemment, ma Pilsner Urquell quotidienne. Quand je serai de retour à Montréal, je crois que je vais boycotter la bière pendant un bout. Je ne pourrais survivre à une baisse de qualité si importante !

Vlasska
La Vlasska est la partie la plus calme de Prague que j’ai pu visiter, et c’est pourtant intéressant… et à l’abri des touristes. Ça me rappelait Füssen, en Allemagne

Mardi 27 septembre

Je suis toutefois rentré un peu fatigué. J’ai attrapé le rhume – sûrement les joies de la vie en dortoir, et ce n’est pas ce que vous pensez, chers lecteurs (malheureusement…) – et heureusement, le personnel de l’auberge m’a donné (gratis) un médicament pour contrôler les symptômes du rhume.

Obecnidum
La Maison municipale. Superbe Art Nouveau à l’exétieur… peu à voir à l’intérieur.
Novomestska Radnice
Le nouvel hôtel de ville, un bâtiment gothique.

Après une journée un peu chargée hier, j’ai voulu terminer mes visites pragoises de façon plus relax aujourd’hui. Ça s l’air de rien, mais quand on s’y met, on a mal aux jambes… J’ai commencé à la Maison municipale, un bâtiment des plus imposants, mais j’ai été déçu de voir que tout ce qu’il y a dedans, c’est deux restaurants et une salle de concerts. Oh well.

Je me suis dirigé vers le nouvel hôtel de ville, au style très gothique, pour monter dans la tour et ainsi avoir une nouvelle vue de Prague dans les airs.

Merci à la réceptionniste qui nous avertit que les escaliers en bois de l’époque ne satisfont pas aux normes de sécurité d’aujourd’hui et qu’en conséquence, si nous montons, c’est à nos risques et périls. Chaque fois que j’entendais le foutu escalier craquer un peu, je m’imaginais en train de percuter la surface de béton en dessous !

Mais la vue était belle, et ça valait le prix car ça ne coûtait rien. Et encore là, ce n’était pas l’endroit le plus touristique, donc la sainte paix après avoir vu la vieille ville bondée de touristes il y a quelques jours.

Près de là, j’ai bien apprécié la Karlovo Namesti, une belle petite place pleine de verdure et quelques fontaines, dans le sud de la ville. Un coin plus moderne et moins touristique, où plus de vrais tchèques se retrouvent entre eux. Et moi, j’étais l’imposteur !

Karlovo Namesti
La Karlovo Namesti. Un bel endroit pour relaxer dans une partie plus moderne de Prague.
Tour de TV
La tour de télé. Communiste mais moderne.

Dernier arrêt, la tour de télévision. C’est un des derniers monuments construits par les Soviétiques, qui ont brisé leur tradition des immenses cubes de béton pour bâtir une tour de 200m futuriste, toute en métal. Impressionnant. Je suis monté pour voir la plate-forme panoramique, qui était la plus haute de la ville à 93m. Intéressant, sauf que les vitrines sales ne permettaient pas de prendre de photos. Toutefois, cette tour offrait le panorama le plus complet de Prague.

Pour finir le tout en beauté, je suis allé au café, quelques mètres plus bas, pour écrire quelques cartes postales et terminer d’écrire mon carnet de voyage sur papier, tout en jetant un oeil sur la ville de temps en temps. Ça ponctue mes visites à Prague à un endroit remarquable, loin de la cohue touristique de la vieille ville.

Pour le reste du voyage, je vais sûrement aller à Cesky Krumlov une journée, une journée à Plzen pour visiter entre autres la fameuse brasserie Pilsner Urquell. Je dois aussi téléphoner à mon amie qui est en Allemagne pour que l’on se voit à Berlin. Sans oublier quelques visites de châteaux !

Ce soir, je suis rentré à l’auberge alors qu’il pleuvait un peu, et j’ai parlé à une fille de Hong Kong. Plus charmante que cette fille… tu meurs ! On a décidé d’aller souper ensemble dans un resto de l’endroit. J’ai pu goûter à une crêpe de pommes de terre cuite avec du poulet et des fines herbes. Miam ! Et j’étais en bonne compagnie. C’était le fun d’aller souper en très bonne compagnie.

La suite: Le château de Karlstejn