Travel > République Tchèque 2005 > Current page

Une arrivée en douceur à Prague

Auberge
L’auberge de jeunesse où je me suis installé à Prague. J’y ai dormi pendant tout le voyage, peu importe ce que je visitais pendant la journée.

Praha, 20 et 21 septembre 2005 – C’est de nouveau la période des voyages pour moi: j’ai choisi la République tchèque cette fois-ci. Les dernières semaines ont été exténuantes. J’ai travaillé plutôt fort et mes trois semaines de vacances seront bonnes pour «le mental» :-)

J’ai choisi de quitter Montréal sur les ailes de KLM le 20 septembre pour un atterrissage et une liaison à Amsterdam tôt le 21.

Je visitais Prague et les alentours pour deux raisons. La première? Visiter de belles villes et admirer de beaux paysages, et prendre des photos incroyables avec mon appareil-photo numérique. Maintenant que j’ai fait le saut vers le numérique, je sais que je peux prendre des centaines de photos et les transférer sur ordinateur sans utiliser de scanneur. Merveilleux! Ça arrive au bon moment, car Prague est l’une des plus belles capitales de l’Europe, et elle a été relativement épargnée par les bombardements des deux guerres mondiales.

La deuxième raison derrière mon choix de la République tchèque est facile à saisir pour quiconque me connaît: la bière. Quand j’ai voyagé en France l’an passé, j’ai eu bien du plaisir et j’ai dégusté de bons vins alsaciens, mais en tant qu’amateur de bière, il manquait l’aspect dégustation de bière de mon voyage allemand de 2003…

Je dois faire un aveu: avec les catastrophes aériennes qui se sont produites, j’étais un peu nerveux au moment du décollage et de l’atterrissage. Cela n’allait aucunement m’empêcher de prendre la route, mais ça rendait moins confiant par moments. Mais tout s’est bien passé.

Dès que je suis arrivé à l’aéroport, le goût de voyager m’a saisi. En attendant l’embarquement, j’ai discuté avec une jeune femme née en Pologne qui s’envolait vers Madrid pour aller y enseigner pendant un an. Ça remet vraiment dans l’humeur du voyage !

Mon vol de Montréal à Prague a été a peu près parfait. Nous avons décollé à l’heure (tout un changement !) le service était excellent et même la bouffe était bonne. KLM m’a impressionné, et je suis très satisfait de les avoir choisis. J’ai même eu un Baileys comme digestif après le souper !

J’ai pu éviter de me retrouver avec des gens emmerdants à mes côtés. L’Arménienne de 76 ans qui se trouvait à ma droite m’a raconté des histoires très intéressantes sur l’Europe et le Moyen-Orient.

21 septembre

Voyager, c’est bien, mais il y a des moments où vous ne pensez qu’à rentrer. J’en ai vécu un à Amsterdam.

J’avais quelques heures d’attente devant moi après être arrivé à l’aéroport. J’avais bien essayé de modifier mes habitudes de sommeil avant le départ de Montréal, mais ça n’a pas marché. Évidemment, j’ai été incapable de dormir lors du vol Montréal-Amsterdam.

J’étais fatigué et il était 6 heures du matin et j’aurais bien voulu être endormi dans mon lit à Montréal. Le confort de la maison me manquait véritablement et quand ça arrive, c’est plutôt intense.

Au début de l’après-midi, j’ai finalement foulé le sol tchèque à l’aéroport international de Prague. À ce moment-là, toute la fatigue du matin était partie. J’étais animé et j’avais hâte de voir Prague.

Staromestska Namesti
La Staromestske Namesti, ou square central. Joli.

Je me suis installé à l’auberge de jeunesse. Comme à Berlin, je suis tombé sur des chambres mixtes et la mienne est surtout remplie de filles. D’ailleurs, l’une d’entre elles, une blonde britannique, n’a pas le même niveau de pudeur que les autres. Elle n’hésite pas du tout à se mettre en brassière pour se changer, alors que tout le monde se change sous les couvertures du lit, pour ne pas trop s’exposer… c’est pas comme si je me plaignais.

Une fois installé, je suis sorti pour marcher un peu dans les vieux quartiers ainsi que pour souper.

Je suis allé à l’endroit le plus central, Staromestske Namesti, et j’ai choisi la terrasse du Staromestska Restaurace. La bouffe bohémienne me fait penser à ce qui se fait en Allemagne. J’ai commande du porc rôti avec des dumplings (une recette spéciale de pain fait pour être trempe dans une sauce) avec de la choucroute et du chou rouge. Un vrai délice.

Pork
Dumplings, chou rouge, dumplingsbohémiens, et une pinte de Pilsner Urquell. Miam !

Évidemment, étant un amateur de bière, j’ai pris de la Pilsner Urquell, et j’ai eu droit à toute une surprise. La bière était bien plus savoureuse en sortant directement du fût que quand elle sort d’une canette. Elle est plus amère… miam ! Et l’autre surprise, c’est que malgré la fatigue liée au décalage horaire et au transport, la bière ne m’a pas endormi ou rendu saoûl.

La suite: À la découverte de Prague