','

'); } ?>

Magnifique Cesky Krumlov

Cesky Krumlov, 3 octobre 2005 – Le réveil a été un peu pénible ce matin car je voulais vraiment rester couché. Mais je n’étais quand même pas pour ne rien faire de la journée.

Il fallait partir tôt pour attraper le train et avoir le temps de faire ma visite de Cesky Krumlov. Après une douche rapide et un déjeuner pas moins rapide, je suis parti de la gare centrale à 9h23 pour un trajet de trois heures et demie, incluant une correspondance, pour Cesky Krumlov.

Malheureusement, j’ai eu de la mauvaise compagnie à bord, une gigantesque Tchèque qui est arrivée au dernier instant avant le départ et qui parlait très fort. Même avec de la musique dans les oreilles, elle me tombait sur les nerfs. Disons que quand elle est sortie à son arrêt, j’étais un gars heureux. J’ai bien eu le goût de la défenestrer…

Un peu après 13h15, je suis descendu du train pour littéralement descendre dans la vieille ville. Cesky Krumlov est située dans un coin assez montagneux, un peu comme dans les pubs de chars. Un brouillard assez épais couvrait la ville, jusqu’aux toits de certains édifices, et une petite bruine tombait continuellement.

J’ai marché dans la vieille ville, dont le patrimoine est superbe et d’ailleurs protégé par l’UNESCO. J’ai visité le château ainsi que son verdoyant jardin, et monté dans la tour pour prendre des photos des environs.

Je ne ferai pas plus de commentaires. Les photos parlent d’elles-mêmes.

Cesky Krumlov
Prendre une marche autour du château.
Cesky Krumlov
Belle ville. Le brouillard a ajouté à ses charmes.
Cesky Krumlov
Belle vue sur le château.
Cesky Krumlov
Cesky Krumlov
Beau jardin sur le site du château.
Cesky Krumlov
Cesky Krumlov

Avant de partir en fin d’après-midi, je me suis arrêté à la place centrale de la vieille ville pour un repas (schnitzel et salade de patates), question de survivre. Mais la portion était énorme ! Le schnitzel était large et très épais, et la salade de patates couvrait toute la maudite assiette, même en dessous du schnitzel. Une chance qu’il fallait monter une pente assez ardue pour retourner à la gare de train, car j’avais vraiment la panse pleine.

Schnitzel
Méchant schnitzel !

Je suis rentré tard à Prague, vers 22h, sans vraiment avoir le temps de faire autre chose que d’écrire mon carnet de voyage et me coucher.

La suite: Visite de la brasserie Budweiser Budvar