Petite baignade à Bath

Bath, 11 août 2006 – Overdose de sommeil ou non, je me sens en très grande forme. Grippé, mais ça va.

Acceptant la faveur proposée par mon amie hong-kongaise, je vais m’installer dans la chambre de location qu’elle occupait auparavant. Comme elle retourne à Hong Kong, il reste quelques semaines au contrat de location déjà payé. C’est une belle économie pour moi, car même si les auberges coûtent moins cher que l’hôtel, elles sont quand même chères en Angleterre !

Ayant dû prendre une bonne partie de la matinée pour me rendre et m’installer dans la chambre, j’ai dû faire vite pour aller visiter la ville de Bath. Ça tombe bien, car cette petite ville est magnifique mais vite visitée, même à pied.

Après seulement 15 minutes de train, je débarque dans la ville dont le principal attrait se trouve dans ses bains romains anciens. Eh oui, de véritables bains romains ! Le prix d’entrée est assez cher, mais ça vaut le coup. L’eau est teintée de vert par les algues et l’on voit les colonnes ainsi que les statues qui «surveillent» les lieux. Évidemment, pas question de se baigner là-dedans, c’est seulement pour les yeux et les appareils photos. C’est quand même intéressant de découvrir comment l’eau chaude sort de sa source et doit circuler à travers le petit réseau aménagé sur place.

Roman Baths
Les bains romains. Ode à la propreté.
Roman Baths
Les statues surveillent les bains.

Avoir eu plus de temps, je serais allé faire un tour au nouveau spa qui est ouvert à Bath depuis seulement quelques jours, mais ce n’est peut-être pas mon genre de chose… Le reste de la journée, je l’ai passé à marcher autour de la ville. Bath est une des rares villes anglaises que j’ai visité où une certaine unité architecturale et un sens de la préservation semblent régner. Bien des villes se sont beaucoup modernisées, même dans les vieux quartiers. Bath a su vieillir en beauté.

Bath
Il n’y a pas à dire: les environs de Bath sont magnifiques.
Bath Circus
Le Bath Circus, une place circulaire avec ses maisons en rangée. Nice.

Après avoir fait un saut dans un café Internet, je suis retourné à Bristol. De retour à la chambre de Louise, j’ai pu faire plus ample connaissance avec ses colocataires dans la cuisine commune. Deux asiatiques, une femme provenant du Botswana et une jeune anglaise fraîchement débarquée. Tout ce monde est à Bristol pour étudier et vivre l’expérience d’être ailleurs qu’à la maison.

La fin de soirée a été plutôt simple: lire jusqu’à ce que je m’endorme, la face entre deux pages du livre !

La suite: L’intellectuelle Oxford