Travel > Allemagne 2007 > Current page

28 heures sans sommeil et retrouvailles avec Munich

Colonne de la Victoire
L’ange de la liberté, peu connu des touristes à Munich

München, 14-17 août 2007 – Eh oui, je suis de retour a Munich ! Et bien content de l’être. Ce fut un vol quelque peu difficile car il se faisait à 39 000 pieds au lieu des 30 000 habituels (la pression devient vraiment plus forte à l’atterrissage) mais tout a bien été sur les ailes de Lufthansa.

J’étais bien préparé pour ce voyage. En fait, mieux que jamais… je connais un peu la langue, j’ai déjà visité le pays, et en plus, j’ai pu mettre en place un bon itinéraire. Le vol a bien été, la voisine à ma gauche étant du genre très calme. Pas de ronflement ou de mouvement. Une jeune hispanique qui n’était pas laide du tout. Aucun problème à rapporter.

À la douane allemande, j’ai connu la même expérience qu’il y a quatre ans. Le gars te fait une face bête mais tu passes en 10 secondes. Wilkommen auf Deutsch! L’arrivée à l’auberge de jeunesse aura été drôle. Un petit groupe d’asiatiques avait vraiment besoin d’aide pour se faire guider, et ces gens voulaient aller voir un match du Bayern Munich (football) le jour même… sans avoir les billets. Comme j’avais essayé d’avoir des billets il y a un mois, j’ai bien ri quand ils ont demandé si c’était difficile ! Le gars de la réception était bien découragé en leur expliquant la forte demande pour le match.

Et mon arrivée s’est faite en plein congé férié, ce qui ne rend pas les choses faciles pour faire des achats. Ici, les épiceries ferment en jour férié. Bonne chance pour trouver de l’eau embouteillée à bon prix !

Malgré le manque de sommeil, j’ai quand même passé la première journée à faire du tourisme. Fallait faire quelques visites car étant arrivé vers 7h à l’auberge de jeunesse, je devais attendre à 15h pour avoir ma clé. Je suis donc parti vers la Marienplatz, place centrale piétonnière du vieux Munich. Je suis passé par la Marienkirche, l’église Sainte-Marie. J’avais déjà vu tout ça, mais c’était le fun à refaire, pour avoir les photos en version numérique.

Marienplatz
Je voulais absolument reprendre cette photo en numérique, ce qui est un succès !

J’ai revu quelques endroits du genre, par nostalgie, pour ensuite me rendre au quartier Bogehausen. C’est la première fois que je mets les pieds dans ce Beverley Hills munichois. Les maisons sont impressionnantes et modernes. Un coin de gens riches et célèbres, et très tranquille. Sur mon chemin, j’ai pris des photos originales d’un Munich que peu de touristes visitent. De belles fontaines et de belles places peu connues. Avant de prendre ma clé à l’auberge, je suis allé au jardin anglais (Englischer Garten), surtout pour aller prendre une bière au fameux biergarten près de la tour chinoise. Il faisait chaud, soleil, et la weissbier (bière de blé) descendait bien. Un goût bien sec, fruité et rafraîchissant… typique de ce style bien local.

Englischer Garten Biergarten
Rien de plus rafraichissant qu’une weissbier dans un biergarten munichois.

L’heure venue, je suis rentré à l’auberge pour prendre ma clé, m’installer et passer à deux doigts de m’endormir sur le lit. Mais il fallait passer à travers la journée pour faire une nuit normale ! Et en plus, je commençais à avoir faim. Je suis parti souper dans les environs de la Marienplatz, plus précisément a la Weisses Brauhaus. C’est un vieux classique un peu touristique, mais bien populaire chez les Munichois qui aiment bien y prendre une bière. La saucisse, la choucroute et la weissbier y étaient à peu près parfaits. C’est sans oublier la serveuse qui correspond parfaitement au genre de petite blonde bavaroise avec la robe traditionnelle et un accent déroutant ;-)

Et vers 20h, j’étais déjà au lit, après 28 heures sans sommeil!

Jeudi 16 août

Colonne de la Victoire
La fontaine et une autre vue proche de l’ange de la liberté.

Le départ a été un peu plus lent… j’ai quand même dormi 10 heures avant de me lever pour prendre une douche et déjeuner. J’avais l’impression de reprendre vie ! Mais le début de mes visites s’est fait seulement à 11h, après avoir fait le plein de bouteilles d’eau et autres commodités. Je suis un touriste high maintenance.

En fin de matinée, j’ai visité la Neues Pinakothek, une galerie d’art moderne. Beau temps pour le faire car il pleut… Comme d’habitude, c’est la photographie qui a attiré mon attention. L’exposition sur la vie quotidienne en Chine était superbe. Pas de filtre pro ou anti communiste, juste un regard froid et direct sur la réalité. Impressionnant. Le dîner a été plutôt simple, des pâtes et un cappuccino dans un café Segafredo, une chaîne de cafés italiens bien populaires dans les grandes villes européennes.

En après-midi, j’ai surtout marché dans les quartiers populaires. J’ai été voir la fameuse Maximilienstrasse, connue pour ses boutiques. Toutefois, les marques Gucci, Armani et autres m’ont rapidement découragé d’entrer… J’ai été voir quelques monuments moins connus comme le Maximilaneum, où siège le gouvernement bavarois. Nice. En plus, j’ai fait quelques arrêts dans des magasins du centre-ville pour un trouver un cadeau. Et c’est pas mal ça pour jeudi. J’ai pris ça un peu plus mollo. J’ai rencontré une très sympathique Espagnole dans la chambre d’auberge. J’ai eu une bonne conversation de 30 minutes avec, et la complicité était là. Ça fait partie des plaisirs du voyage !

Jusqu’ici, les choses se déroulent surtout en allemand. Les gens à qui je parle veulent bien m’accommoder en anglais, mais je refuse et ils coopèrent. Va bien falloir qu’ils comprennent que certains veulent apprendre ! Il reste que je ne fais que la conversation de base, donc ce que j’ai appris dans les cours au Goethe Institut. Mais j’arrive à me faire comprendre et à pratiquer un peu. ça rassure.

La fin de la journée de jeudi aura été un peu longue. En mode vacances, je faisais tout très lentement, ce qui m’a valu de me trouver au lit vers 2h du matin.

Après être sorti de l’auberge et mis le blogue à jour, il était déjà passé 21h et il fallait encore que je soupe. Ne sachant pas trop où je voulais aller, je suis sorti dans le coin piétonnier de la Marienplatz pour m’arrêter à un vieux classique munichois, l’Augustiner Brauhaus. C’est la plus ancienne des environs, réputée pour sa bière et sa cuisine. Je me suis tapé quelque chose de cochon: un schnitzel (escalope de porc pané) avec des frites et une bière blonde de style Hell. La bière Hell des autres brasseries est supérieure, à mon avis, mais leur schnitzel est dur à battre. Un vrai délice qui bourre car ils en mettent deux dans l’assiette ! Mais bon, quand je voyage, les longues marches font brûler bien des calories. On peut se goinfrer en toute confiance :-)

En rentrant, j’ai acheté des cartes postales pour envoyer les premières dès le premier jour. Je planifie surtout d’en acheter à Dresden, car c’est le clou du voyage. Faut bien que les envois reflètent ce qui nous intéresse le plus… J’ai donc pris le temps de les remplir en relaxant dans le lobby de l’auberge de jeunesse.

Vendredi 17 août

Wow, quel lent départ ce matin ! J’ai dormi jusqu’à 9h30, me levant surtout car je sais que le déjeuner gratuit finit à 10h… quand je dis que je suis dans un mood de vacances, c’est vrai. Et je me sens en pleine forme. Les effets du décalage horaire sont une histoire ancienne.

La météo, elle, est un peu mitigée. De gros nuages gris gambadent au-dessus du ciel de la capitale bavaroise. Au moins, il ne pleut pas. Après une petite visite à la Hauptbahnhof pour ramasser un dépliant sur les trajets de train vers Bamberg, je me rends directement au quartier Schwabing. Cet endroit est un peu le quartier latin de Munich. Ses terrasses et ses magasins sont populaires auprès de la population locale, et c’est exactement le genre de chose que je recherche. C’est aussi un quartier universitaire, et j’ai constate que bien des étudiants s’arrêtent dans les cafés locaux, même si un espresso leur coûte assez cher. Vive le système allemand d’éducation et ses universités quasi-gratuites !

Pour le reste, Schwabing me fait penser a la rue St-Denis a Montréal, mais en plus beau. Plus d’espace, d’arbres et de plus grandes terrasses. Bel endroit à visiter. Le moment comique de la journée aura été de voir une jeune cycliste «expulser» de vieux touristes qui marchaient sur la piste cyclable se trouvant entre le trottoir et la rue. Elle a fait sonner sa clochette jusqu’à ce qu’ils comprennent le message. Faut savoir que bien des villes allemandes ont une piste cyclable sur chaque rue. Oui monsieur. Et ils n’aiment pas que les piétons leur piquent leur espace. Avec raison !

Anyway, à ce moment-la, j’arrivais a Siegestor, un arc de triomphe. C’est très beau… Et je suis en train de réaliser que plus le voyage avance, plus je me sens à l’aise. Je suis en train de faire un trou dans la barrière de la langue, ce qui rend l’expérience encore plus agréable. Si mon premier voyage en Allemagne a été plus difficile car c’était ma première fois et qu’on s’ennuie toujours de parler notre langue maternelle, ce n’est pas du tout le cas cette fois.

Pour le reste de l’après-midi, j’ai vraiment tout fait pour trouver un endroit parfait afin de prendre en phot un super panorama de Munich. Hélas, ça a été impossible. Les églises qui ont des tours ne les rendent pas accessibles au public dans cette ville, sauf la Peterskirche. Mais étant donné l’horaire, je devrai y aller lors de l’avant-dernière journée, alors que je terminerai le voyage en relaxant.
München
Une vue sur la ville à partir de la Peterskirche

Je suis donc retourné à l’auberge en fin d’après-midi pour déposer quelques affaires. En entrant dans la chambre, je suis tombé sur deux gars de Boston qui venaient tout juste d’arriver. Des gens très sympathiques qui brisent le mythe que l’on a des Etats-Uniens moyens… reste qu’un d’entre eux tenait à me faire savoir qu’il était bien fier de fumer du pot à Amsterdam. Félicitations, le gros.

Pour le souper, je me suis dirigé vers une institution: la brasserie Paulaner im Tal. C’est Paulaner sur la rue Tal, pour ceux qui en doutaient. C’est proche de la Marienplatz et un peu moins connu des touristes. J’ai commandé leur plus grande spécialité, sans trop être certain du type de viande que c’était ! Mais je savais que j’avais des dumplings dans l’assiette, et je me doutais bien que ce serait excellent. Finalement, ce que j’ai eu était des côtes de porc avec une sauce brune au goût assez prononcé. Avec, évidemment, une bière Paulaner de style Hell. Mmmm, excellent. Et leur Hell est probablement la meilleure du genre.

Après coup, je suis passé par la Marienplatz et je me suis assis un petit bout pour profiter de l’atmosphère. C’était une très belle soirée avec un ciel dégagé. Il faisait bon de relaxer, de regarder autour de soi et d’écouter le joueur d’accordéon qui étaitàa l’oeuvre.

Par la suite, je suis allé a mon endroit préféré, le Lowenbraukeller. C’est une brasserie traditionnelle bavaroise, située hors du centre-ville et moins touristique. J’y ai pris deux bières en relaxant… même si j’étais pas vraiment assez stressé pour relaxer :-) Au moment de payer, c’était trop drôle. Le gars voit mon magazine anglais et me demande d’ou je viens. Ich komme aus Kanada. Il me demande quelle ville. Aus Montréal. Et là, il a du mal à le croire. “Tu parles français?” Ben oui, chose. Et je réalise que j’ai devant moi un gars d’origines italiennes et grecques, né en Allemagne et ayant resté à Montréal et New York. Il était visiblement content de croiser un Montréalais car chaque fois que je sortais une exprèssion comme “c’est l’fun” ou “en esti”, ça l’amusait. Et ça fait sourire de constater encore une fois que le monde est vachement petit.

La suite: Magnifique week-end à Bamberg