Magnifique week-end à Bamberg

Rathaus Bamberg
La fontaine et une autre vue proche de l’ange de la liberté.

Bamberg, 18-19 août 2007 – On the road again, qu’ils disent. Je suis parti ce matin vers Bamberg après la routine matinale. J’ai pris le train ICE (InterCity Express) de Munich à 11h22.

Ce train est rapide (160 km/h) et très moderne, avec un design en métal et en verre, plus des sièges confortables. Les Via Rail et Amtrak de ce monde devraient avoir honte de faire voyager le monde dans l’équivalent d’une calèche quand ils prennent le train.

L’arrivée à Bamberg aura été un peu chiante. La gare de train est située au nord de la ville et quelqu’un qui veut aller directement vers l’office doit passer a travers les vieux quartiers. C’est pas le fun, se trouver au beau milieu de visiteurs avec ses sacs en plein soleil. Et de marcher deux kilomètres. Mais bon.

Après avoir ramassé une carte de la ville, je suis parti en autobus pour l’auberge de jeunesse. Elle est à deux kilomètres du coeur de Bamberg, dans les collines qui rendent les environs charmants. C’est d’ailleurs un édifice typiquement allemand avec ses colombages et drôlement bien entouré par des arbres. Toll !

Je m’enregistre, je dépose mes affaires et je prends une douche pour ensuite partir à pied vers la vieille ville. C’est par un magnifique sentier que je suis passé, marchant environ une vingtaine de minutes avant de tomber sur les rues de Bamberg. À ce moment précis, avec un soleil radieux mais une fraîcheur préservée par la présence des arbres, je me disais que je ne m’ennuyais VRAIMENT PAS de Montréal. Viva Deutschland ;-)

Ayant presque rien mangé depuis le déjeuner, fallait souper assez tôt après avoir pris quelques photos. Je voulais surtout avoir de belles prises de vue avec un beau soleil, au cas ou il pleuvrait dimanche. J’ai fait des arrêts au vieil hôtel de ville, qui est cerné par la rivière Regnitz. Super. J’ai aussi photographié la Petite Venise et les maisons traditionnelles allemandes qui se trouvent sur les rives. Autre aspect étonnant: Bamberg est vraiment un endroit de choix pour les Allemands. On y voit moins d’étrangers qu’ailleurs. C’est un bel endroit pour y passer un week-end… exactement ce que je suis en train de faire.

Jugenherberge Bamberg
Une auberge de jeunesse qui semble sortir d’un vieux film sur la Bavière.

Klein Venedig Bamberg
La Petite Venise

Rathaus Bamberg
L’hôtel de ville, à partir du pont

Pour le souper, je cherchais la formule magique. Je voulais goûter aux petites saucisses franconiennes, une spécialité locale, mais aussi boire une rauchbier, une bière fumée qui est produite à Bamberg. Et il me fallait la Schlenkerla, une marque très renommée. J’ai trouvé cela dans un petit resto près de la cathédrale. Ai-je vraiment à expliquer que, servi avec des patates rôties et de la choucroute, c’était un régal? Pour les Québécois, la rauchbier peut être comparée à un petit goût de brûlé qui ressemble à celui du jambon dans une cabane a sucre. Transposez ça sur une bière. Yes! J’ai trouvé ça le fun de voir que quand elles ont un moment de répit, les serveuses n’hésitent pas a prendre quelques gorgées de bière elles-mêmes. ça démontre que leurs patrons ne leurs imposent pas certaines des règles stupides qui ne servent qu’à emmerder les employés des commerces en Amérique du Nord. Ben quoi, je ne me gênerai pas pour faire mes critiques sociales ici :-)

En fin de soirée, je me suis solidement perdu. J’ai bien vu que l’autobus pris en après-midi n’était plus en service et que celui qui desservait le territoire où j’allais ne se rendait pas aussi loin. À Montréal, ce n’est rien. On marche un peu et c’est réglé. Dans les environs d’une petite ville allemande, on est dans une montagne avec des rues sinueuses. Essayez de vous orienter, juste pour voir ! Mais je me disais que si je voyais les arrêts d’autobus sur mon passage, j’étais dans le bon chemin. Sinon, fallait faire marche arrière et essayer autre chose. Reste que tous les chemins pris menaient vers des culs de sac. En plus, la vision d’une moufette dans les environs n’avait rien pour rassurer. Mais au lieu de paniquer et de me déclarer perdu, je suis retourné vers l’arrêt d’autobus et j’ai demandé mon chemin à un chauffeur qui laissait entrer les passagers. C’est la que j’ai trouvé mon allemand le plus pratique, pouvant facilement comprendre quand il m’a dit de tourner à droite à un certain coin de rue et de continuer tout droit après. Test de vie réelle réussi !

Rosengarten Bamberg
Le Rosengarten avec une église en trame de fond

Dimanche 19 août

Je me suis senti paresseux ce matin, même si je me suis couché vers 23h hier soir. Je me suis levé pour le déjeuner mais je suis retourné au lit jusqu’a 11h ensuite. Eh oui, la paresse.

Après cela, je suis parti vers la vieille ville à pied, histoire de brûler un peu de cette énergie accumulée ! La température est encore plus belle qu’hier, avec un soleil puissant mais une fraîcheur appréciée. Beau temps pour faire du tourisme.

Une fois en ville, je suis retourné au vieil hôtel de ville, demandant à un gars de prendre ma photo. ça prouvera que j’y suis vraiment allé !

J’ai aussi visité la Nouvelle Résidence, palais très accueillant avec son splendide jardin de roses. Il y avait au moins une quinzaine de variétés de roses dans le jardin, et j’ai quelques superbes photos de roses en premier blanc avec l’arrière-plan embrouillé.

J’ai fait un arrêt à l’ancienne cour (Alte Hofhaltung), un ancien palais épiscopal qui fait penser à ce qu’on voit dans des films. Les pignons, les colombages et les bacs à fleurs sont inoubliables.

Alte Hofhaltung
L’Alte Hofhaltung

Je suis aussi passé devant la cathédrale de Bamberg, mais ce n’est rien. Il y a mieux ailleurs, et je m’attends à bien plus grand à Cologne (Köln).

En soirée, je voulais bien souper à un endroit reconnu de Bamberg, soit la brasserie Schlenkerla. Mais quand je m’y suis pointé, j’ai trouvé que les serveuses ne semblaient pas trop intéressées a servir leurs clients, prenant plus de 10 minutes à simplement apporter des menus… étant résolu à ne pas me faire traiter de cette façon, j’ai levé les pattes.

Je suis passé en face au biergarten d’un resto dont j’oublie le nom. J’y ai pris des saucisses franconiennes, de la choucroute, des patates rôties et une rauchbier. Aussi bien continuer à prendre cette spécialité régionale, car je ne suis la que pour deux jours! J’ai ensuite changé de place pour devancer un peu mon plan… afin de déguster de la Radeberger Pilsner. ça m’a surpris de voir un resto mexicain local qui l’avait sur sa carte des bières car c’est une brasserie du nord du pays, mais peu importe.J’ai profité de l’occasion pour renouer avec ce qui est ma bière préférée ! Une belle façon de terminer la soirée, avec un retourà l’auberge dans de meilleures conditions que samedi !

La suite: À la découverte de Dresden