Travel > République tchèque Slovaquie 2010 > Current page

Brèves retrouvailles avec Prague

Praha, 27-29 septembre 2010 – Je suis content d’être de retour en République tchèque mais le départ a bouffé beaucoup d’énergie.

Un ami m’a reconduit à l’aéroport. Plus malin que les dernières fois, je me suis servi de l’enregistrement Web pour le vol. Le résultat est un siège en première rangée d’une section, avec un bon 5 pieds d’espace pour les jambes. Un bruyant groupe de Frenchies est jaloux de ce genre de place. Mais bien des boomers comme eux ne comprennent toujours pas pourquoi des gens comme moi sont technophiles…

L’entrée dans l’avion est bordélique. Je n’ai jamais vu autant de gens bloquer l’entrée alors que l’embarquement de certaines parties de l’avion commence. Anyway. Que penser d’Air France ? Ce n’est pas meilleur que les autres grands transporteurs aériens. Même que je trouve Lufthansa légèrement mieux pour le confort et le service.

On dirait que les turbulences sont arrivent à temps pendant le vol, juste au moment où les Frenchies s’attroupent et se mettent à jacasser fort proche des chiottes. Un petit 20 minutes assis à leurs sièges les calme.

Le vol arrive d’avance à Paris, avec une correspondance rapide pour Prague. Comme toujours, je passe proche du sommeil mais quelqu’un d’autre à bord s’assure de m’en priver.

On débarque à l’aéroport de Prague vers 9h. Je prends l’Airport Express, un autobus qui mène directement au coeur de la ville pour 50 couronnes tchèques seulement. Une fois débarqué, je trouve assez facilement mon chemin sans carte dans cette cité que j’ai déjà visité. Je dépose des trucs à l’auberge de jeunesse.

En attendant de pouvoir prendre ma chambre, je vais déjeuner. Je retrouve Bohemia Bagel, qui fait des déjeuners toute la journée. Bagel, oeuf, bacon et tout le reste avec un cappuccino, ça redonne de l’énergie pour continuer.

Je passe par le district commercial pour voir si je peux avoir Internet mobile sur mon iPhone, que j’ai fini par amener car mon vieux Nokia n’accepte pas ma carte SIM actuelle. O2 vend une carte SIM avec Internet mobile valide pendant un mois pour seulement 300 Kc. Je tente le coup. Avec un peu de temps, cet achat me permet d’éviter les emmerdements habituels des voyageurs. Le GPS sur Google Maps permet de s’orienter de façon plus claire qu’une carte ordinaire et le Web de faire des recherches rapides pour trouver des choses pointues qui échappent souvent aux offices de tourisme. Bref, un autre avantage pour les geeks.

Ayant réglé cette question, je décide ensuite de me taper un 3-4 heures de sommeil pour réagir au décalage horaire. Ça fait vraiment du bien, pour éviter la fatigue suprême d’une journée de 30 heures. Je peux donc sortir en début de soirée avec la seule mission de souper et me la couler douce dans un pub.

Je reprends le même pattern qu’avant : on marche une dizaine de minutes aux environs de la chapelle Bethléem, où se trouvent bien de bons restos, juste assez loin pour éviter les spots les plus centraux. Il y a des touristes mais aussi des Tchèques dans les établissements du coin. Le resto que je choisis sert d’excellentes côtes de boeuf avec une assiette de chou blanc, de chou rouge, d’oignons avec raifort et dijon. Avec une pinte de Pilsner Urquell, ça s’impose. Tout cela est bien savoureux.

Je finis ma soirée à un pub local qui sert la bière très froide. Ça termine bien une journée.

Mardi 28 septembre

Lever un peu tardif pour pleinement récupérer, afin de ne pas ressentir le jet lag. Routine matinale avant de sortir.

Le programme est de revoir les principaux monuments historiques pour prendre des photos avec une caméra bien plus puissante que celle que j’avais en 2005. Et de m’assoir dans un café pour planifier car j’ai eu peu de temps pour bâtir mon itinéraire.

Je me prends un bon cappuccino pour emporter près de l’auberge et je me dirige vers le square central. Celui-ci est sacagé par la présence d’une scène pour un spectacle de musique. Pas de temps à perdre là, concentrons-nous sur l’horloge astronomique. Elle était en rénovation il y a cinq ans. Je peux enfin admirer ce chef d’oeuvre historique qui vaut le détour. Toutefois, le fameux coup du midi n’a rien qui m’impressionne. C’est le design de l’horloge qui compte.

Horloge astronomique Prague
Ce que j'ai manqué il y a cinq ans, enfin devant mes yeux.
Horloge astronomique Prague
De plus près, ça vaut vraiment le coup d'oeil.

Ensuite, un passage au pont Charles. ZE endroit pour le photographier est encore ouvert au public, derrière le musée Franz Kafka. Comme il pleut par bouts, faut être patient pour avoir le bon moment pour une photo claire mais ce n’est pas grave.

Après cela, on marche vers la partie plus commerciale de la ville pour trouver un café afin de planifier.

Deux heures, un cappuccino et un biscuit plus tard, j’ai mon plan. Olomouc pour la beauté sans les touristes, ensuite Bratislava et Kosice en Slovaquie. Un retour en République tchèque pour voir Kutna Hora et Decin, à la frontière allemande, il restera un peu de temps pour une localité ou deux de plus. C’est voulu, pour voir si une bonne idée surgit. Peu importe, j’ai encore trouvé Internet mobile bien pratique pour éviter de courir à gauche et à droite pour chercher des itinéraires de transport, de l’hébergement et l’info pour mon programme de la soirée. Trop pratique !

Quel est le programme en question ? Écouter FC Bayern contre FC Basel en Ligue des champions. J’ai pu repérer le pub pragois qui a le plus de télés branchées sur le sport (le Dubliner) pour écouter le match. Après un souper, j’ai pu visionner le match en compagnie de Suisses qui sont des fans finis de Basel, et une poignée de fan du Bayern. Les bruyants jeunots suisses se sont excités quand leur club a marqué rapidement mais le match n’a pas fini comme ils l’auraient voulu. Victoire de 2-1 pour le Bayern :-) La patience et le calme des Bavarois sur 90 minutes ont permis de vaincre un adversaire qui manquait de maturité. À l’image de ses supporteurs, incapables de détecter les fautes ou hors-jeu de leurs idoles, sinon de respecter l’autre équipe ;-)

En fin de soirée, je vais m’installer avec mon trépied au pont Charles pour reprendre des photos de nuit. Si celles de 2005 étaient excellentes, celles de 2010 sont écoeurantes, avec une résolution énorme. Ce sera spectaculaire une fois agrandi !

Pont Charles
Le Pont Charles, une des plus belles attractions d'Europe pour les touristes nocturnes.
Château de Prague
Le Château de Prague dans toute sa splendeur la nuit

La suite: Olomouc, une petite ville qui gagne à être connue

2 thoughts on “Brèves retrouvailles avec Prague”

  1. Salut Michel,

    Ça commence bien ! J’aimerais bien voir cette horloge avec un peu plus de recul. Peux-tu m’arranger ça ? Pourrais-tu prendre aussi une photo signalétique de la rue Franz-Kafka (si elle existe dans la ville) ? Ça pourrait toujours servir…

    Profite bien de cette beauté médiévale et merci ! Bonne continuation.

    PL

Comments are closed.