Travel > République tchèque Slovaquie 2010 > Current page

Le style surprenant de Bratislava

Bratislava, 2 au 5 octobre 2010 – Me semble que je dormirais bien ce matin. Une chance que le train part seulement à 13h. Lever vers 9h, faut ensuite prendre une douche et faire les bagages car je pars vers Bratislava.

Tel qu’attendu, j’ai l’occasion de piquer une petite jasette à la charmante jeune femme vue hier avant de quitter Olomouc. C’ est le genre de personne honnête et sympa qu’il fait plaisir de connaître, même brièvement.

Allez, faut quitter Olomouc. Même si j’aime bien la ville, j’ai pas mal tout vu ce qu’il y avait à voir en deux jours. Un petit trajet de tramway m’amène à la gare de train. Pendant ce temps, une impression qui se confirme me fait sourire : je me suis rarement autant fait “zyeuter” par les femmes qu’en République tchèque. Je devrais songer à m’y installer ;-)

Étant un peu lent aujourd’hui, je me trompe d’escale de train, ce qui me fait perdre une bonne heure et demie. Vers 18h, je débarque à la gare centrale de Bratislava. Ça me prend du temps pour comprendre le système local de transport en commun mais je trouve l’autobus qui me mène presque devant l’auberge où je vais m’installer.

Palais présidentiel Bratislava
Le palais présidentiel de Bratislava, tout juste à côté de l'auberge où je m'installe.

Après l’enregistrement et le dépôt de mes affaires dans la chambre, je profite du “welcome drink” que l’on offre à ceux qui arrivent. C’est une shot de Borovicka, un gin fort. Ça goûte bon et ça doit garder la gorge au chaud pendant les soirées d’hiver ! Par politesse, je me dis que je dois prendre une consommation de plus, histoire de ne pas avoir l’air cheap. J’essaie donc une bière locale, la Zlaty Bazant. Très savoureuse, cette pils descend vachement bien quand elle est très froide.

En parlant à la barmaid, je m’aperçois que le train de vie ne doit pas être extraordinaire pour les employés de l’auberge. Elle dort dans un des dortoirs quand elle travaille, et j’en ai la confirmation quand je la vois en sortir le lendemain matin. Les gens comme elle ne semblent pas malheureux pour autant, ce qui porte à réfléchir. Mettons que le pourboire a été plus généreux que la normale.

En prenant ma bière, un Torontois arrive pour prendre lui aussi son Borovicka. Il planifie d’aller en montagne dans les Tatras avec sa voiture et dit qu’il peut donner un lift à des gens comme moi. C’est sympa de sa part mais je garde ce genre de plan pour les Alpes dans un voyage ultérieur, histoire de me faire impressionner par des montagnes plus hautes.

Ensuite, je sors à pied. Il faut souper et obtenir une première impression de Bratislava. Le principal boulevard est très large, avec de grandes courbes et le tramway passe en le croisant. Je parie que c’est le type d’aménagement urbain qui est typique dans les Balkans, si je me fie à des photos vues ailleurs.

Staromestska Bratislava
Le principal boulevard de la vieille ville a une forme étonnante. J

Sans être spectaculaire, le quartier historique est joli, assez large et surtout festif en ce samedi soir. Bien des jeunes et touristes y dépensent leur argent allègrement. Je choisis le resto Pressburg pour une bouffe. Le plat essayé est une poitrine de poulet marinée et grillée, accompagnée d’oignons marinés, de cornichons et de patates rôties. C’est assez vinaigré mais c’est aussi succulent.

3 octobre

Le déjeuner de l’auberge est tellement cheap que je passe mon tour pour aller ailleurs. Je sors pour trouver le premier café décent des environs, le Cafe & Co. Je commande un cappuccino et un panini. La caféine fait du bien !

C’est l’heure de la découverte. Je retourne au quartier historique pour aller à Hlavne Namesti, le square principal du vieil hôtel de ville. C’est très marchand, surtout pour des babioles touristiques. Les façades sont typiques des grandes places tchèques connues auparavant, mais on voit plus de fenêtres battantes ici que dans les autres villes du pays. Cela donne un charme de plus.

Rue Bratislava
Un aperçu des rues dans la vieille ville
Hlavne Namesti, Bratislava
Hlavne Namesti, principal square de Bratislava

La fontaine de Roland sera surtout belle le soir, illuminée successivement de bleu, de vert et de rouge.

Hlavne Namesti, Bratislava
Hlavne Namesti le soir

Fontaine de Roland

La pièce de résistance est probablament le palais néoclassique de la mairie, adjaçent au square. Ses couleurs rose poudre et jaune rendent le design éclatant.

Primator Bratislava
Le palais néoclassique de la mairie

La Michalska veza (Michael tower) et la rue qui y mène sont agréables pour le marcheur. Kapitulska est une rue plus étroite et l’usure des façades donne un cachet différent des autres.

Michael Tower, Bratislava
St-Michel

Le plus beau site à voir demeure Hviezdoslsvovo Namesti, légèrement en retrait du Danube. Avec le théâtre national slovaque comme point de départ, cette longue place publique est agrémentée d’arbres, de cafés et restos, consacrant beaucoup d’espace pour marcher sur le pavé de vieilles pierres.

Hviezdoslavovo Namesti
Hviezdoslavovo Namesti
Théâtre national slovaque
Le Théâtre national slovaque, de l'autre côté

À un bout, on voit le pont UFO, dont la construction par les communistes a donné naissance à un long et gigantesque monument d’allure simple, futuriste, avec une touche pratiquement martienne. Il mène vers la partie de Bratislava aménagée par les soviets.

UFO, Bratislava
Le pont UFO

À l’autre bout, le château de Bratislava domine la ville, du haut de sa colline. C’est beau le jour et enchanteur le soir, cette Hviezdoslsvovo Namesti.

Château de Bratislava
Belle vue sur le Château de Bratislava

J’échoue à trouver un pub qui diffuse le match de FC Bayern contre Borussia Dortmund.
C’est là que je constate que Bratislava est moins diversifiée par rapport à Prague. Les pubs font dans la facilité avec Chelsea-Arsenal seulement, avec un seul écran. Beurk.

Je rentre donc à l’auberge pour faire le lavage, qui est dû. En arrivant dans la salle commune, je vois qu’il y a un salon pas très loin de la cuisine-laveuse-sécheuse. L’écran plat d’une quarantaine de pouces est branché sur un terminal T Home de Deustche Telekom. Il faut regarder, au cas où ! Et oui, à 17h30, le match du Bayern est en ondes. Mais je regrette rapidement de m’asseoir pour le visionner car les boys jouent comme de GROSSES POCHES et perdent 2-0. Mon linge est propre mais mais équipe est crottée.

Après ces deux heures de frustration très pure, je sors pour la ronde de photos de soir avant de souper. Je refais les principaux attraits déjà visités.

Au souper, il est tard le dimanche soir. Comme on est dans un pays plus conservateur, beaucoup moins d’endroits sont ouverts. Le temps de trouver, deux jolies étrangères de je ne sais pas quel pays demandent de l’aide pour trouver un endroit où sortir. Les infos que j’ai de Lonely Planet aident peu, le dimanche soir étant le pire de la semaine pour leur genre de sortie. Elles décident d’aller à une disco. Elles font du charme. Elles veulent que je les suive mais je leur dis que la disco n’est pas mon fort. Ce que je ne dis pas, c’est que je trouve leur attitude de flirt en pleine rue, après deux minutes, un peu rapide. Quand c’est trop facile, faut se poser des questions et agir en adulte…

Je choisis un pub assez central qui sert de la bouffe traditionnelle slovaque et de la Zlaty Bazant. Un goulache et une bière font le travail pour ne pas rentrer trop plein. Belle première journée à Bratislava :-)

4 octobre

Sorti du lit vers 9h30 et de l’auberge une demi-heure plus tard, je veux un vrai déjeuner. Juste avant, je vais trouver une carte SIM pour avoir Internet mobile en Slovaquie.

Je marche vers la rive sud de Bratislava, car j’irai y visiter le district bâti par les communistes. Sur mon chemin, ma recherche sur Google Maps permet de repérer un Bagel & Coffee Story près de l’UFO. J’entre. Je tombe sur un concept très contemporain où l’on sert sandwichs et café ainsi que des lunchs assez santé. Sympatiques serveuses, clientèle essentiellement féminine et élégante… c’est parfait ;-)

Sur le menu, je trouve un sandwich de déjeuner simplement parfait. Bagel, oeuf, bacon, fromage à la crème et tranche de fromage. Avec un cappuccino. Je ne pouvais demander mieux pour commencer la journée.

Ensuite, je traverse l’UFO pour aller à Petrzalka, quartier à saveur soviétique. My God. Je pouffe de rire en voyant cette forte concentration de tours de béton et je me fais aussi discret que possible avec mon gros appareil photo, histoire de ne pas avoir l’air de prendre les habitants pour des assistés sociaux sous le microscope. Je vous le dis, Petrzalka est une succession d’horribles édifices. Plusieurs ont été repeints avec des couleurs vives mais imaginez vivre là-dedans, ce qui est encore le cas pour des milliers de personnes. C’est drabe au maximum. Merci, réalisme socialiste.

Petrzalka, Bratislava
Architektura Kommunista !

Next up : le château. Je marche vers cet endroit qui nécessite un effort minimum pour monter. Pas mal mais un peu simpliste comme édifice historique. Du blanc avec quatre tours comme un lit traditionnel, une cour peu développée et un intérieur simplement plate. Quand ils l’ont reconstruit dans les années 1950, ils auraient pu en profiter pour améliorer le design quelque peu.

Château de Bratislava
Le Château de Bratislava

Jardin du Château de Bratislava
Le jardin du Château de Bratislava

Enfin, je marche pour aller à Slavin Hill mais je finis par en avoir marre car à partir de mon point de départ, le chemin est peu évident à moins de faire un grand détour. Je ne le dis pas depuis le début mais les visites d’aujourd’hui sont en périphérie du coeur de la ville et mon plan fait en sorte qu’il faut marcher de grands bouts pour passer d’un endroit à l’autre. De plus, pour avoir une bonne idée de Petrzalka de l’intérieur, il faut y pénétrer assez loin. Bref, j’ai les jambes en compote et je dévie vers la ville.

En début de soirée, je vais au resto U Remeselnika, recommandé par Lonely Planet comme le meilleur endroit en ville pour le rapport qualité-prix. J’y essaie le Halusky. C’est un plat de gnocchis avec fromage de chèvre, crème sure et bacon. Avec une pilsner. C’est loin d’être végé. Le goût fait penser à des pâtes carbonara, mais mieux encore. Les gnocchis ajoutent de la saveur et de la texture.

Halusky
Le délicieux Halusky

Sur ce, j’ai fini avec Bratislava. Ça a été une ville très intéressante à voir.

La suite : À la découverte de Banska Stiavnica