Travel > Allemagne 2012 > Current page

Luxe thermal à Baden-Baden

Baden-Baden, 28 et 29 septembre – Le vendredi se résume à deux choses, soit me déplacer vers la ville thermale Baden-Baden et me la couler douce en soirée, avant d’essayer quelque chose de nouveau le lendemain.

Évidemment, le trajet en ICE se fait encore bien et j’arrive à destination en fin d’après-midi alors qu’il fait un grand soleil. Par contre, une fois arrivé dans les environs de l’auberge, il faut me taper une bonne pente, ce qui n’est pas évident avec le bagage que j’ai. C’est du sport !

Allons en ville. Encore une fois, j’arrive dans une zone urbaine où le style est de mise. Le périmètre piétonnier est rempli de bâtiments, de restos, de cafés et de gens qui ont de la gueule. C’est passablement moderne, aussi.

Comme quoi on ne pense pas à tout, j’ai l’impression de me sauver la vie pour le reste du voyage en trouvant un séchoir miniature à un magasin tout juste avant la fermeture. Suis-je rendu diva parce que je ne tolère plus les bad hair days ? ;-)

Je marche dans les vieux quartiers pour simplement profiter d’une belle fin de journée.

Où manger ? Je suis d’humeur bavaroise et je tombe justement sur un biergarten affilié à la brasserie Löwenbräu. Cool ! Cependant, je m’aperçois vite que le style attire peu les locaux, qui sont en désavantage numérique à raison de deux pour un. Et il y a des Américains. Scheiße. Tant pis, j’assume mon choix à la saveur munichoise. Franziskaner weissbier, schweinebraten, knödel et kraut aujourd’hui. Des classiques qui ne manquent jamais de satisfaire un estomac.

Biergarten
Un biergarten, c’est beau.

Schweinebraten

Comme il y a trop d’Auslanders ici, je vais ailleurs pour relaxer devant une bière. Mon point d’arrêt: Amadeus Hausbräu. Je choisis presque par hasard mais c’est une brasserie artisanale dont la Jubiläimsbier est une pilsner non filtrée tout simplement exquise. Les arômes sont: caramel, agrumes et un soupçon d’épice. Wow.

La vue sur Leopoldsplatz (coeur de la partie piétonnière) est agréable et il y a des couvertures pour rester au chaud sur la terrasse. Il fait bon de rester ici et de s’imprégner de l’ambiance, alors que bien des gens sortent un peu pour commencer leur fin de semaine.

Samedi 29 septembre

C’est une journée de première: après des années de procrastination, je vais essayer un spa dans cette ville thermale. Baden-Baden est la destination allemande la plus réputée en la matière. Je suis à la bonne place.

À 23 euros pour trois heures, le prix d’entrée me semble raisonnable même si j’ai choisi le spa le plus cher en ville. L’édifice est vaste, avec des plafonds extrêmement élevés et architecturalement impressionnant. Ça fait vachement luxueux.

Friedrichsbad
L’édifice des bains
Friedrichsbad
Même le petit parc rend relax.

En trois heures, le “trajet” est divisé en “stations” et le client fait vraiment de tout: air chaud, vapeur, bains à l’eau thermale à différentes températures et autres. La belle vie, comme dirait l’autre. On oublie rapidement la vie quotidienne et on se laisse impressionner par ce qui ressemble à un château. Même un touriste qui profite déjà d’un excellent voyage améliore sa condition à cet endroit. Les vertus sont-elles si miraculeuses pour la santé ? Probablement. J’écris ceci au lendemain et une petite blessure au coude droit, que je traîne depuis des mois, est presque partie. Une visite ou deux de plus au spa aurait probablement complété le travail.

En fin de parcours, on peut se servir dans une fontaine d’eau thermale. Elle est chaude et fortemente minéralisée, ça se perçoit au goût. Apparemment, il ne faut pas en prendre plus que 500ml par jour.

En somme, j’aurais dû visiter un spa au cours des voyages précédents. J’en ai eu l’occasion à Budapest, il y a quelques années, et j’ai été fou de dire non.

Petite déception: aucun endroit ici ne permet de voir le FC Bayern jouer contre les éternels rivaux Werder Bremen. Clairement, le manque d’affection de Baden-Baden pour Munich affaiblit son attrait. Même des destinations beaucoup plus distantes comme Prague et Varsovie démontrent davantage de respect envers la meilleure équipe !

Au souper, je fais un mauvais choix de resto. Les dumplings à la viande sont décevants et la salade absolument cheap. Schade. Pour compenser, retour chez Amadeus en fin de soirée, histoire de ponctuer la visite de Baden-Baden sur une note positive.

Dimanche, je poursuis mon chemin vers Konstanz, la principale ville sur le bord de Bodensee (lac de Constance). J’y passerai quelques jours tout juste avant la fête nationale du 3 octobre.

La suite: Une touche de nature au lac de Constance