Travel > Serbie-Croatie 2013 > Current page

Coup d’oeil sur Zemun, Novi Sad et Valjevo

Vendredi 27 septembre

Après un lever plus tardif que je l’aurais voulu, je prends la route pour Zemun, un quartier en périphérie de Belgrade. Tout le monde le recommande comme endroit plus relax que le centre de la ville, sur le bord de l’eau.

Le trajet en transport en commun est assez court et je me retrouve vite proche du Danube. Zemun est vraiment une petite localité simple où l’on prend la vie de façon plus lente. Il y a quelques sites à visiter, comme la tour du millénaire, en haut d’une petite montagne.

Zemun
La vue sur Zemun vers Belgrade

Ce qui est surtout intéressant est de marcher sur la rive, car une grande faiblesse de Belgrade est de ne pas se servir des fleuves Danube et Sava pour offrir une belle vue proche de l’eau, comme Prague par exemple.

Une fois la promenade terminée, j’ai le temps de prendre un café sur place avant de retourner vers la ville.

Une église à Novi Sad
Une église à Novi Sad

De retour à l’auberge, on me fait savoir qu’il y aura encore des crêpes faites pour les invités en soirée, ce qui pousse à procrastiner au lieu de courir partout pour faire quelque chose et aller bouffer. Ce n’est pas vraiment un problème parce que je m’entends très bien avec les gens qui sont autour. Certains vont sortir, mais nous sommes aussi plusieurs à préférer rester sur place pour être suffisamment en forme pour le lendemain. Ça permet de prendre une bière, bien relax, sans trop penser aux pressions de la vie quotidienne. Je me sens vraiment en vacances.

Samedi 28 septembre

Justement, le choix d’hier soir permet de se lever plus tôt pour aller visiter Novi Sad, dans la province de la Voïvodine.

Après un trajet de bus, j’arrive dans une ville baroque où le piéton est roi. Le square central est passablement gros, sans voiture.

Novi Sad

Un parc à Novi Sad
Un parc à Novi Sad

Il fait bon de flâner dans les environs pendant quelques minutes avant de se diriger vers la forteresse Petrovaradin. Les indications ne sont pas super bonnes mais je trouve le chemin. Le lieu ne se démarque pas par son architecture, mais la vue sur le Danube, sur la ville est les environs est très bien. Bel endroit pour prendre une marche et poser l’oeil sur toutes sortes de curiosités.

Novi Sad forteresse
Devant la forteresse

Novi Sad forteresse

Novi Sad forteresse

Novi Sad forteresse

Novi Sad forteresse

En fin de journée, le souper se passe à Belgrade dans une kafana, ce qui est un resto serbe traditionnel. Le riesling local est un peu fade, mais le schnitzel serbe est impressionnant. L’escalope panée est enroulée en forme de cylindre et accompagnée de salade traditionnelle (tomates, concombre, fromage serbe râpé). Bonne chance à ceux qui veulent vider l’assiette. Une employée de l’auberge se dit capable de faire ça et elle reste toute mince et jolie. Il y a quelque chose qui m’échappe.

Au retour, les gens à l’auberge sont en mode “déconner” et je suis particulièrement en forme, les faisant rire en racontant des histoires et mésaventures de voyage. C’est rare que je suis extraverti de la sorte mais ça semble très apprécié.

Dimanche 29 septembre

Pour une rare fois, une journée à oublier. Je me lève tôt pour faire deux heures de transit vers Valjevo, dont mon guide de voyage vantait les mérites pour des raisons historiques.

Sur place, je trouve les monuments un peu plates à voir. De plus, la météo est froide et pluvieuse. Seule une pizza d’excellente qualité à la pizzeria Hemingway réussit à m’impressionner.

Valjevo
Un monument dédié à un général de la Première Guerre mondiale à Valjevo.
Valjevo
Une église à Valjevo

Une fois revenu à Belgrade, on me dit que j’aurais sans doute mieux aimé Valjevo par temps ensoleillé. Mais j’entretiens le doute.

Je passe le plus clair de la soirée (froide et pluvieuse) avec les gens de l’auberge et le staff. J’ai rarement trouvé l’endroit où je dors si agréable. Ça fait du bien après une journée moins réussie. Une Belge qui vient d’arriver me fait bien rire. Introvertie, très intelligente, un peu impatiente avec les autres. On se comprend. Haha.

Lundi 30 septembre

Ce matin, j’ai du temps devant moi avant le départ pour Zagreb, en Croatie. On m’a booké un service de minibus peu cher, qui vient me chercher en après-midi pour me déposer là où je veux à ma destination.

Encore une fois, on nous fait du café turc, ce qui fait bien plaisir à une tablée de cinq personnes à l’heure du déjeuner. Ce n’est peut-être pas mon café préféré, mais il est quand même bon. Surtout lorsque offert…

Étant un adepte du slow living, j’entre encore en mode procrastination, ce qui est toujours agréable dans une ville comme Belgrade. C’est toujours un plaisir de s’asseoir sur une terrasse pour un café et du “people watching”, comme on dit en bon français.

Sur la route, j’ai l’immense plaisir de découvrir un baklava fait avec la méthode serbe, l’ayant amené avec moi depuis Belgrade. Ce genre de gâterie feuilletée au sucre et au miel est exquise. À ne pas manger trop souvent…

Le départ tardif me fait toutefois arriver à Zagreb vers 23h. Ayant besoin de me dégourdir, je pars prendre une marche dans le coeur de la ville. Wow. Zagreb est une cité drôlement élégante et riche. L’architecture et les boutiques de luxe lui donnent une classe qui rivalise avec plusieurs capitales européennes, malgré la plus petite taille. Je suis aussi impressionné par la propreté des lieux. D’ailleurs, je vois des employés de la ville nettoyer les places publiques au jet d’eau après minuit, ne laissant rien traîner. Ils prennent ça au sérieux ici.