Sur le bord de la mer Noire à Amasra

11 septembre

Lever plus tôt que d’habitude, pour faire un “day trip”. Déjeuner rapide et je pars vers la gare pour prendre l’autobus vers Amasra, sur le bord de la mer Noire. Pour je ne sais pas quelle raison, je veux absolument aller voir ce cours d’eau.

Après un parcours de deux heures et demi dans un minibus vraiment plein, je suis sur le bord de l’eau et il fait soleil. Pas un nuage à l’horizon. Amasra est une petite ville portuaire bien élégante.

Pour la première fois depuis que je fais des voyages, je passe une bonne heure sur une chaise longue à la plage. J’y ajoute une petite saucette, histoire de dire que j’aurai mis les pieds dans une grande mer qui lie l’Europe et l’Asie.

Amasra
J’aime

Amasra

Amasra

Une bonne demie-heure de marche s’ensuit pour prendre davantage de photos des panoramas splendides d’Amasra. C’est de toute beauté, sans la présence des touristes internationaux et de leurs autocars envahissants.

J’arrête pour le dîner en milieu d’après-midi. Le resto choisi a un décor un peu trop poisson” et un peu trop “nautique”, mais la qualité de la bouffe compense largement. Petits poissons blancs panés et frits, accompagnés de frites et arrosés d’un verre de vin blanc. C’est bon, avec une vue sur l’eau.

Je reprends la marche autour de la forteresse. Habitée, elle n’a vraiment rien de spécial et d’architectural à noter. Ce sont des murs fortifiés, sans plus.

De l’autre bord de la ville, je passe par les longues promenades sur le bord de l’eau. De ce côté, le vent est levé et l’eau est un peu plus agitée. J’ai encore plus l’impression d’être sur le bord d’une mer qui ne se navigue pas en chaloupe.

Amasra

Amasra
Créatif

Un arrêt pour le thé et je peux rentrer à Safranbolu en fin de journée. Je me contente de faire quelques recherches pour le départ prévu vers Cappadoce demain. Il est l’heure d’aller voir ses célèbres vallées.